menu Menu

À propos de ce site

— Tout ?

— Non ; mais pas mal de choses. Récentes, anciennes –  le plus vieux texte date des environs de 1995, au-delà s’étend la Terra Incognita des disquettes hors d’usage qu’aucune pierre de Rosette ne ressuscitera plus, le mur de Planck du MS-DOS, tout autour la jonchée des choses manuscrites, nuée de pattes de mouche qu’on dactylographiera dans une prochaine vie si s’y trouve le temps qui manque à celle-ci. On a laissé de côté les livres publiés en première personne. Reste cent cinquante textes en archive ouverte, pour faire un compte rond.

— N’importe quoi, alors ?

— Vous brûlez : du pensum à la notule ou la tribune, certains articles très universitaires, d’autres à faire rougir l’Académie, chaque registre s’appliquant à décourager tout lecteur que l’autre s’emploierait à séduire. Perce une envie secrète : si l’on s’y prend bien, le petit monde égaré qui parcourra ces pages perdra le compte des montées et descentes, se croisera le souffle court et les mains aux genoux dans l’escalier d’honneur ou celui de service, se lamentant en choeur de ces volées de marches et des portes palières claquées à qui mieux mieux. Que l’on peine à y distinguer l’opéra du vaudeville est tout ce que l’on souhaite à cette bibliographie.

— Un site personnel, donc ?

— Il faut le dire vite. Parce que les choses ici reprises ou reprisées, cousues les unes aux autres, consolidées comme on dit plaisamment des budgets et des châteaux de sable, n’auraient pas été écrites s’il n’y avait eu des collectifs (Vacarme pour commencer et tout au long, le Collège International de Philosophie, le collectif Cette France-Là, le Collectif Maurice Florence, la revue Débordements, le Banquet du livre), des revues, des journaux et des magazines (Libération autrefois, AOC à présent, mais aussi bien le Monde, Critique ou Mediapart), des éditeurs patients comme des Prairies Ordinaires, précieux comme Verdier, des ami.e.s dont le nom affleure, et dont la voix timbre nombre de ces textes.

— Pourquoi rassembler tout cela, maintenant ?

— On dit qu’Osiris, lui aussi, se sentait parfois dispersé.

— Mais pourquoi les lapins ?

— Allez, à la prochaine.

MPB


Ouvrages publiés

Michel Foucault, l’inquiétude de l’histoire, PUF (coll. »Epiméthée »), 2004.
Faire Mouvement, avec Eric Hazan, Les Prairies ordinaires, 2005.
Amorces, Les Prairies ordinaires, 2006.
D’Après Foucault, avec Philippe Artières, Les Prairies ordinaires, 2007.
Foucault, Ellipses, 2010.
Dictionnerfs, avec François Matton, le Bleu du Ciel, 2012.
Game of Thrones, Série noire, avec Emilie Notéris, Gabriel Bortzmeyer et alii, Les Prairies ordinaires, 2015.
Recommencer, Verdier, 2018.
Voir venir – écrire l’hospitalité, avec Marie Cosnay, Stock, octobre 2019.


Previous page Next page

keyboard_arrow_up